Un écolier haïtien distingué à Paris



Le jeune Carl Withsler A. Benoît, natif des Gonaïves, a remporté le deuxième prix de la 18e édition du « Concours international de poésie en langue française ». Pas moins d’une centaine de jeunes du Canada, de la France, de la Suisse, entre autres pays, convoitaient cette prestigieuse distinction.
 
Carl est le seul jeune haïtien à avoir atteint la phase finale du concours. Après la délibération du jury présidé par Laurence Bouvet, psychologue et poète française, en novembre dernier, il a été invité à la remise de prix à Paris. Malheureusement, sa « mère était tombée malade » à la même période. Priorité aux obligations familiales ! Par la poste, il vient de recevoir son certificat et deux anthologies réunissant les meilleurs textes de la compétition. «Je suis très fier de remporter ce titre», s’est réjoui le jeune étudiant. 

Le vice-champion avoue hériter du goût de l’écriture de son père. Celui-ci, a-t-il expliqué, n’écrit que pour dégager son esprit. Les textes de Carl, en majeure partie, reflètent ses expériences personnelles. Ils sont traversés par la solitude et la mélancolie. « Ma mort », le poème avec lequel il a remporté le second prix, est une preuve avérée : 

« Mon passé n’est pas à féliciter Esprit ou cendre, lumière ou ombre Mon âme attend sa sentence Et mon tombeau, vos prières » 

Carl a vingt ans. Il est en terminale. Après ses études classiques, il souhaite se lancer d’emblée dans le domaine littéraire. Le Gonaïvien rêve d’apporter sa contribution à l’enrichissement de la période contemporaine de notre littérature. « Je travaille actuellement sur un recueil de textes qui devrait paraître sous peu», a-t-il confié. 

Le « Concours international de poésie en langue française » est réalisé en ligne par l’association Poésie en liberté. Il est soutenu par le ministère français de l’Éducation nationale. Cette compétition est ouverte aux écoliers et étudiants francophones âgés entre 15 et 25 ans.


JC